Intravenously administered iron-containing medicines: new recommendations

Le Comité pour les médicaments à usage humain de l’Agence européenne des médicaments a réévalué la balance bénéfices/ risques des médicaments injectables à base de fer pour administration intraveineuse. Il estime que leurs avantages l’emportent sur leurs risques à condition que des mesures adéquates soient prises pour minimiser la survenue de réactions allergiques.

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP = Committee for Medicinal Products for Human use) de l’Agence européenne des médicaments (EMA: European Medicines Agency) a finalisé la réévaluation des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse, utilisés pour traiter la carence en fer et l'anémie (taux faible de globules rouges dans le sang) associée à de faibles taux de fer. Le CHMP estime que les avantages de ces médicaments sont supérieurs à leurs risques, à condition que des mesures adéquates soient prises pour minimiser le risque de réactions allergiques.

Les médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse sont utilisés lorsque des suppléments de fer administrés par voie orale ne peuvent pas être utilisés ou ne suffisent pas. Tous les médicaments contenant du fer qui sont administrés par voie intraveineuse présentent un faible risque de provoquer des réactions allergiques potentiellement fatales si elles ne sont pas traitées rapidement. Le CHMP estime donc que des mesures devaient être mises en place pour assurer la détection précoce et la gestion efficace des réactions allergiques qui peuvent survenir. Les médicaments injectables à base de fer ne devraient être administrées que dans un environnement où les moyens de réanimation sont disponibles, pour que les patients qui développent une réaction allergique puissent être traités immédiatement.

Par ailleurs, le CHMP considère que la pratique actuelle consistant à administrer préalablement au patient une petite dose d’essai n'est pas un moyen fiable de prédire la réaction du patient lorsque la dose complète lui sera administrée. Une dose d’essai n’est donc plus recommandée mais la prudence s'impose lors de chaque administration d’un médicament à base de fer par voie intraveineuse, même si les administrations précédentes ont été bien tolérées.

Le CHMP considère également que, pendant la grossesse, les réactions allergiques sont particulièrement préoccupantes car elles peuvent mettre en danger à la fois la mère et l'enfant à naître. Les médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse ne peuvent donc pas être utilisés pendant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue. Le traitement devrait être limité au deuxième ou troisième trimestre de grossesse, à condition que les avantages du traitement l'emportent clairement sur les risques pour le bébé à naître. Le CHMP recommande en outre d'autres mesures, telles que des réévaluations annuelles sur base des rapports de réactions allergiques et une étude pour confirmer la sécurité des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse.

La réévaluation des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse a été initiée par l'Agence française du médicament (ANSM : Agence nationale pour la sécurité des médicaments et des produits de santé), suite à une réévaluation nationale réalisée en 2010. Cette réévaluation a mis en évidence la survenue de réactions allergiques graves, en particulier chez les femmes enceintes qui avaient reçu des médicaments contenant du fer par voie intraveineuse. La recommandation du CHMP va être transmise à la Commission européenne pour l’adoption d’ une décision juridiquement contraignante pour toute l'Union européenne.

 

Information pour les patients

• Les médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse sont une alternative intéressante lorsque des suppléments de fer ne peuvent pas être administrés par voie orale ou ne suffisent pas. Dans de rares cas, ces injections peuvent provoquer des réactions allergiques qui peuvent être graves. Si un médicament à base de fer vous est administré par voie intraveineuse, votre médecin vous maintiendra sous surveillance pendant l’injection et au moins 30 minutes après celle-ci afin de gérer toute éventuelle réaction allergique.

• Si le médecin vous prescrit un médicament injectable contenant du fer pour administration intraveineuse, vous devez immédiatement l’informer de toute réaction allergique que vous auriez déjà présentée suite à l’administration intraveineuse d’un tel médicament. Vous devez également signaler à votre médecin toute affection dont vous souffrez qui touche le système immunitaire et implique une inflammation (comme la polyarthrite rhumatoïde), tout antécédent d'asthme, d'eczéma ou d'autres allergies, car cela vous prédispose à une réaction allergique suite à l’administration intraveineuse d’un médicament à base de fer.

• Si vous présentez des signes de réaction allergique (comme une sensation de vertige, le visage qui enfle et des difficultés respiratoires), vous devez immédiatement en informer votre médecin ou votre infirmière.

• Si vous avez des questions, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.


Informations pour les professionnels de la santé

• Toutes les préparations contenant du fer administrées par voie intraveineuse peuvent provoquer des réactions graves d'hypersensibilité qui peuvent être mortelles.

• Certaines données indiquent que les réactions allergiques peuvent encore survenir chez les patients qui n'ont pas réagi à une dose d'essai. Celle-ci n'est donc plus recommandée. Une grande prudence est de mise lors de chaque administration d’un médicament à base de fer par voie intraveineuse, même si les administrations précédentes ont été bien tolérées.

• Les médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse doivent être administrés uniquement lorsque des moyens de réanimation et un personnel formé pour évaluer et gérer les réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes sont présents et immédiatement disponibles. Les patients doivent être étroitement surveillés durant l’injection et pendant au moins 30 minutes après l’ injection par voie intraveineuse d'un médicament contenant du fer afin d’observer les éventuels signes et symptômes d’une réaction d'hypersensibilité.

• En cas de survenue d’une réaction d'hypersensibilité, les professionnels de la santé doivent cesser immédiatement l'administration de fer et envisager un traitement approprié pour gérer cette réaction allergique.

• Un médicament contenant du fer administré par voie intraveineuse est contre-indiqué chez les patients présentant une hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients. Il ne peut pas non plus être utilisé chez les patients présentant une hypersensibilité grave à d'autres produits contenant du fer administrés par voie parentérale.

• Le risque d'hypersensibilité est augmenté chez les patients présentant des allergies connues, des affections immunitaires ou inflammatoires, des antécédents d'asthme sévère, d'eczéma ou d’autres allergies atopiques.

• Les produits contenant du fer administrés par voie intraveineuse ne peuvent pas être utilisés pendant la grossesse sauf en cas de nécessité absolue. Le traitement doit être limité au deuxième ou troisième trimestre de grossesse, à condition que les avantages du traitement l'emportent clairement sur les éventuels risques graves pour le fœtus, comme une anoxie et une souffrance fœtale.

• Tous les prescripteurs doivent informer les patients du risque et de la gravité des réactions d'hypersensibilité ainsi que de l'importance de recourir rapidement à des soins médicaux si une réaction allergique se produit.

Les recommandations de l'EMA sont fondées sur une réévaluation de toutes les données disponibles sur les risques d'hypersensibilité ainsi que sur les bénéfices des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse.

• Les données sur les risques d'hypersensibilité proviennent principalement de notifications spontanées post-commercialisation. Le nombre total d'événements potentiellement mortels et mortels signalés est faible. Bien que les données montrent un lien de cause à effet entre les médicaments contenant du fer qui sont administrés par voie intraveineuse et les réactions d'hypersensibilité, les données ne peuvent pas être utilisées pour détecter des différences dans le profil de sécurité des différents médicaments contenant du fer.

• Compte tenu des données limitées, le CHMP recommande d’autres mesures, telles que des réévaluations annuelles sur base des rapports de réactions allergiques et une étude pour confirmer la sécurité des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse.

 

Plus d’informations concernant le médicament

Les préparations contenant du fer administrées par voie intraveineuse sont prescrites lorsque des suppléments de fer administrés par voie orale ne peuvent pas être utilisés ou ne suffisent pas, principalement chez les patients sous dialyse suite à une insuffisance rénale, avant et après une opération, ou en cas de troubles de l'absorption touchant l'intestin. Les différentes préparations à base de fer contiennent des complexes de fer liés à d'autres molécules telles que des molécules de sucre. Les complexes impliqués dans cette procédure ont été les suivants : carboxymaltose ferrique, fer dextran, fer gluconate, fer isomaltoside, fer saccharose et fer sucrose. Ceux-ci sont autorisés dans tous les États membres de l'Union européenne via des procédures nationales.

En Belgique, les médicaments concernés autorisés et commercialisés sont les suivants :

- FERCAYL (fer III dextran),

- INJECTAFER (fer III carboxymaltose) et

- VENOFER (fer III saccharose).


Plus d’informations concernant la procédure

La réévaluation des médicaments contenant du fer administrés par voie intraveineuse a été initiée par la France conformément à l'article 31 de la directive 2001/83/CE. L'ANSM a demandé au CHMP de procéder à une réévaluation complète du rapport bénéfices/ risques et d'émettre un avis concernant le maintien, la modification, la suspension ou le retrait des autorisations de mise sur le marché de ces médicaments dans l'Union européenne.

L'avis du CHMP va être transmis à la Commission européenne qui prendra une décision en temps voulu.

Contact : vig@afmps.be  

Last updated on
16/09/2013