Antibiotics Awareness Week (14 au 20 novembre 2016)

Cela fait une dizaine d'années que l'utilisation judicieuse des antibiotiques figure au premier plan des préoccupations internationales. À l'occasion de la Antibiotics Awareness Week (14 au 20 novembre), l'afmps entend cette année attirer l'attention sur l'utilisation d'antibiotiques chez les animaux.

Bien que la résistance soit un phénomène compliqué, une diminution globale de la consommation d'antibiotiques conduit à une résistance moindre. Chaque traitement doit donc être effectué de façon réfléchie et avec le dosage correct. L'administration préventive d'antibiotiques n'est pas justifiée dans de nombreux cas. Plusieurs mesures et stratégies de vaccination peuvent restreindre le nombre de traitements. La consommation d'antibiotiques chez les animaux implique en effet toujours des risques de transmission de résistance vers l'être humain, par exemple via la chaîne alimentaire.

Des organisations telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) émettent des recommandations au-delà des frontières nationales concernant l'utilisation prudente de ces médicaments coûteux aussi bien chez l'être humain que chez l'animal. L'OMS avait déjà proclamé que la résistance aux antibiotiques constituait l'une des plus grandes menaces pour la santé publique. La Commission européenne, en étroite concertation avec les Etats membres et l'Agence européenne des médicaments (EMA), est partisane d'un plan d'action européen. Dans le cadre de « One Health » ou « Une seule santé », qui sous-entend le lien avec la santé humaine, il est très important de mettre un frein à la résistance croissante chez les animaux, et à la faire baisser.

En Belgique, un gentlemen's agreement a été conclu en 2016 entre les pouvoirs publics et les secteurs concernés afin d'atteindre d'ici 2020 les objectifs en matière de réduction. La tendance à la baisse de la consommation d'antibiotiques  qui a été observée depuis 2011 est toutefois trop lente. D'importants efforts restent donc nécessaires. Par rapport à d'autres pays qui présentent une structure d'élevage semblable, la Belgique reste en effet un important consommateur d'antibiotiques.

La plupart des antibiotiques chez les animaux en Belgique sont utilisés chez les porcs, la volaille et les veaux de boucherie. C'est pourquoi l'agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps) a décidé de contrôler l'utilisation d'antibiotiques dans ces secteurs. SANITEL-MED a été développée à cet effet, une application en ligne dans laquelle tous les vétérinaires doivent enregistrer électroniquement toutes les fournitures, prescriptions ou administrations d'antibiotiques. Un helpdesk assiste les vétérinaires et éleveurs. Les scientifiques analysent ensuite les données enregistrées afin de pouvoir responsabiliser les prescripteurs et les utilisateurs de manière individuelle.

L'arrêté royal du 21 juillet 2016 prévoit également la limitation de l’utilisation de substances critiques dans l’élevage  telles que les céphalosporines et les fluoroquinolones. Ce sont des classes d'antibiotiques qui sont également très importantes en médecine humaine.

 

 

Dernière mise à jour le
18/11/2016