Dabigatran etexilate (PRADAXA) : mise à jour de l’information

Le Comité pour les médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments a examiné toutes les données disponibles au niveau mondial concernant le risque d’hémorragie fatale suite à l’administration du PRADAXA, un anticoagulant contenant du dabigatran. Le risque d’hémorragie des médicaments anticoagulants est bien connu et est déjà repris dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice du PRADAXA. Le CHMP estime qu’il faut renforcer les mesures de prudence en cas d’insuffisance rénale. Les médecins en ont été informés. Le RCP et la notice vont être adaptés dans ce sens.

L'Agence européenne des médicaments a mis à jour les données de sécurité du médicament anticoagulant Pradaxa (dabigatran etexilate).

Le Pradaxa est autorisé depuis mars 2008 pour la prévention primaire des événements thrombo-emboliques veineux chez les adultes ayant subi une chirurgie totale de la hanche ou une arthroplastie totale du genou (en Belgique, seules les présentations à 75mg et 110mg sont commercialisées et elles ne sont remboursées que chez les patients hospitalisés). Depuis août 2011, le Pradaxa  est aussi autorisé pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de l'embolie systémique chez les patients adultes présentant une fibrillation auriculaire non-valvulaire (la présentation à 150 mg mieux adaptée pour cette dernière indication n’est pas commercialisé en Belgique). L'efficacité du Pradaxa telle que démontrée dans les essais cliniques reste inchangée.

L'EMA est consciente de l'intérêt récent des médias pour les cas mortels d’hémorragie survenus chez des patients traités par le Pradaxa. Le risque d'hémorragie des médicaments anticoagulants est bien connu. Dans le cas du Pradaxa, ce risque a été répercuté dans le RCP et la notice approuvés au niveau européen depuis sa première autorisation de mise sur le marché : il est recommandé aux médecins de surveiller tout signe de saignement et d'interrompre le traitement chez les patients présentant une hémorragie grave. Le Pradaxa est contre-indiqué dans certaines situations, notamment chez les patients présentant des saignements et chez les patients atteints d’une insuffisance rénale sévère. Il doit être utilisé avec prudence et à des doses plus faibles chez les patients âgés et chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée (en fonction de l'indication et des circonstances).
Cette problématique a été suivie de près, et en octobre 2011, le Comité pour les médicaments à usage humain (CHMP=Committee for Medicinal Products for Human use) de l’Agence européenne des médicaments (EMA= European Medicines Agency) avait recommandé des modifications complémentaires du RCP et de la notice suite à des notifications de cas mortels d’hémorragie en provenance du Japon, et suite à l'évaluation des dernières données mondiales alors disponibles sur le risque d'hémorragie mortelle.

Les mises à jour préconisées dans le RCP et la notice incluent la recommandation selon laquelle la fonction rénale doit être évaluée chez tous les patients avant de commencer le traitement par le Pradaxa ; durant le traitement, la fonction rénale doit être évaluée au moins une fois par an chez les patients de plus de 75 ans, et chaque fois qu'une détérioration de la fonction rénale est suspectée chez les patients de tous âges. Les médecins ont été informés des recommandations du CHMP dans une lettre envoyée par le titulaire de l'autorisation de mise sur le marché.

Le 6 Novembre 2011, un total mondial de 256 rapports spontanés de cas d'hémorragie grave avec issue fatale a été enregistré dans la base de données EudraVigilance en relation avec l'utilisation du dabigatran, la substance active du Pradaxa. 21 de ces 256 cas ont été signalés dans l'UE.

Le nombre de rapports d’hémorragies chez les patients traités par le Pradaxa doit être considéré dans le contexte d’une utilisation rapidement croissante de ce médicament à travers le monde, à la suite de l'approbation d'une nouvelle indication (prévention des AVC et de l'embolie systémique chez les patients adultes présentant une fibrillation auriculaire non-valvulaire) dans plusieurs régions du monde et également suite à une sensibilisation accrue concernant le médicament, ce dernier facteur étant connu pour susciter un accroissement de la notification des effets indésirables.

Le CHMP estime que les changements recommandés relatifs à  l'utilisation du Pradaxa permettent de gérer adéquatement le risque d’hémorragie. L'EMA continuera à surveiller étroitement cette problématique et le profil global de sécurité du Pradaxa. Le CHMP examinera à nouveau toutes les notifications reçues à ce jour afin de confirmer que la fréquence d'apparition des hémorragies mortelles n'a pas augmenté et que les recommandations incluses dans le RCP et la notice sont adéquates pour gérer le risque.
Les patients qui souhaitent avoir plus d'informations sur leur traitement par le Pradaxa doivent prendre contact avec leur médecin. Les patients traités par le Pradaxa ne peuvent pas arrêter leur traitement sans consulter leur médecin.

Notes

1. Ce communiqué de presse, ainsi que tous les documents qui y sont associés, sont disponibles sur le site internet de l'EMA.

2. Plus d'informations sur le Pradaxa sont disponibles dans le Rapport Public Européen d'Evaluation (EPAR) disponible sur le site de l’EMA.

3. Plus d'informations sur les travaux de l'Agence européenne des médicaments sont disponibles sur son site internet : www.ema.europa.eu

Contact: vig@fagg-afmps.be
 

Dernière mise à jour le
18/01/2013