News AFMPS

Il y a 5 résultat(s) trouvé(s) sur base des critères de recherche

1-5 de 5 résultats

L’AFMPS a pris connaissance des dernières expertises effectuées par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) sur les prothèses fabriquées par POLY IMPLANT PROTHESE (PIP). Par mesure de précaution, l’AFMPS recommande de renforcer le suivi des patientes et, aux femmes qui ont des doutes, de consulter leur médecin.

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) confirme que les biberons pour prématurés à usage unique stérilisés à l’oxyde d’éthylène (dénommé ETO), utilisés dans le secteur hospitalier, sont notifiés comme dispositifs médicaux. L’emploi de biberons stérilisés à usage unique en tant que dispositif médical ne présente pas de risque pour la santé publique.

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) a été informée par les autorités suisses que l’entreprise américaine NMT Medical, Inc., qui fabriquait des dispositifs médicaux de fermeture des communication interauriculaire, a déposé son bilan en avril 2011. Suite à cette fermeture, les exigences légales, notamment en matière de surveillance du marché, ne sont plus respectées. Il est donc recommandé de ne plus utiliser ces dispositifs.

En avril 2010, l’AFMPS a publié un communiqué relatif aux implants mammaires fabriqués par la société Poly Implant Prothèse (P.I.P.). Elle demandait alors aux distributeurs de ces implants, aux pharmaciens, aux médecins et aux personnes qui en détenaient d’en arrêter la distribution, la délivrance, l’utilisation et l’exportation, étant donné que le gel de silicone utilisé ne correspondait pas au gel approuvé. En novembre 2010, l’AFMPS a publié un nouveau communiqué pour relayer les premiers résultats des tests réalisés par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS). Récemment, l’AFSSAPS a publié les derniers résultats et ceux-ci confirment les résultats précédents: ils ne permettent pas de mettre en évidence des risques graves pour les patientes concernées.

Les capteurs Nellcor SpO2 Durasensor sont utilisés pour mesurer la saturation en oxygène du sang ce qui permet d’apprécier la fonction respiratoire. Des capteurs contrefaits ont été trouvés principalement aux Pays-Bas et en Allemagne mais également en Belgique. Les professionnels de la santé qui achètent ou utilisent les capteurs Nellcor SpO2 Durasensor doivent donc être vigilants et les contrôler attentivement pour pouvoir identifier les capteurs contrefaits et les mettre en quarantaine.