News AFMPS

Il y a 5 résultat(s) trouvé(s) sur base des critères de recherche

1-5 de 5 résultats

L’Agence européenne des médicaments informe les médecins que la posologie du DORIBAX actuellement recommandée pour le traitement de la pneumonie nosocomiale peut ne pas être suffisante dans les cas graves. Une lettre à l’attention des professionnels de la santé sera envoyée aux prescripteurs afin de les informer des nouvelles recommandations en la matière.

La loi-programme du 29 mars 2012 reprend une adaptation du système des contributions destinées à financer les missions de l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé. Ces modifications font suite aux nouvelles exigences en matière de pharmacovigilance au niveau européen. Les circulaires 588 et 589 donnent des informations pratiques à ce sujet.

Une nouvelle version du document «Detailed guidance on the collection, verification and presentation of adverse event/ reaction reports arising from clinical trials on medicinal products for human use (‘CT-3’)» a été publiée en juin 2011. Des informations relatives à la manière dont ces lignes directrices sont mises en application en Belgique sont publiées dans la circulaire 586.

Le Comité pour les médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments continue à évaluer régulièrement toutes les données disponibles concernant le risque d’hémorragie grave suite à l’administration du Pradaxa. Le bénéfice de ce médicament anticoagulant continue à l’emporter sur les risques, mais le CHMP estime qu’il faut donner des recommandations plus claires aux médecins et aux patients pour mieux maîtriser le risque de saignement associé à l’administration de ce médicament.

Les autorités françaises ont réévalué les médicaments à usage vétérinaire utilisés pour prévenir et/ou combattre les ectoparasites (puces et tiques), qui ont été autorisés en France via la procédure d’autorisation de mise sur le marché nationale. Un danger potentiel pour les enfants a été mis en évidence si ceux-ci ont des contacts prolongés et répétés avec un animal de compagnie portant un collier antiparasitaire à base de dimpylate, tertrachlorvinphos et propoxur. Dans l’attente d’une décision européenne en la matière, les autorités belges recommandent la prudence.